Film

L’humanité a failli. En tentant d’éviter la crise écologique, les gouvernements ont tout investi dans la technologie génétique. L’échec a été retentissant : des virus conçus en laboratoire se sont répandus dans la nature, anéantissant la majorité des plantes comestibles et des animaux. Dans cet univers sans espoir, Vesper rêve d’un avenir meilleur. Elle compte l’atteindre grâce à son ingéniosité et à ses capacités en bio-piratage, et peut-être aussi grâce à l’aide de cette femme mystérieuse, issue de l’une des dernières cités oligarques. Après l’électrochoc Vanishing Waves, présenté au NIFFF et grand gagnant du Méliès d’Or en 2012, Kristina Buožytė et Bruno Samper étendent leur univers de science-fiction avec ce film post-apocalyptique renversant où l’espoir fonctionne comme carburant. Dès ses premières minutes, Vesper fascine par son monde désolé que contraste la richesse des concepts et de la biodiversité déployées. Cette puissante imagerie, alliée aux excellents acteurs et à un récit exaltant, font de Vesper l’un des films les plus novateurs de l’année. Kristina Buožytė (1982) étudie à l’Academy of Music and Theatre à Vilnius, dont elle sort avec un Master en 2008. Elle œuvre sur plusieurs fronts et se fait remarquer par ses courts-métrages, dont Change the Record (2005) et The Collectress (2008). Artiste touche-à-tout, Bruno Samper (1974) s’illustre dans le design et le digital, mais aussi dans le storytelling interactif, réalisant des expériences en réalités virtuelle et augmentée. Vanishing Waves (2012) marque leur première collaboration ; un premier coup d’éclat suivi de ABCs of Death 2 (2014), dont ils co-réalisent un segment, puis de Vesper, un projet tourné en pleine pandémie.

Scénario
Kristina Buožytė, Brian Clark, Bruno Samper
Musique
Dan Levy
Cinématographie
Feliksas Abrukauskas
Distribution
Raffiella Chapman, Eddie Marsan, Rosy McEwen
Contact
Koch Media